Turquie : 54 personnes présumées liées à l’EI arrêtées

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) svSvenska (Suédois)

La police turque a arrêté plus de cinquante personnes soupçonnées de liens avec le groupe Etat islamique lors d’une série de raids à Istanbul, ont rapporté mardi les médias turcs.
Les arrestations ont eu lieu tard lundi 14 mai 2018 dans 19 adresses dans une dizaines de quartiers d’Istanbul, a précisé l’agence privée Dogan. Au total 54 personnes ont été arrêtées et emmenées au siège de la police antiterroriste à Istanbul pour y être interrogées.
Selon l’agence, la police soupçonne les personnes arrêtées d’avoir planifié de se rendre en Syrie.
Le 27 avril, l’agence de presse étatique turque Anadolu avait rapporté que quatre « hauts responsables » en Syrie de l’EI avaient été arrêtés dans l’ouest de la Turquie alors qu’ils tentaient de quitter la Turquie en se mêlant à des réfugiés.
Dans les premières années du conflit syrien, qui a débuté en mars 2011, la Turquie a été le principal point de passage vers la Syrie des étrangers, notamment occidentaux, souhaitant rejoindre des groupes jihadistes. Longtemps accusée par ses alliés de fermer les yeux sur ces passages, Ankara, à la suite d’attaques sur son sol, a fermé sa frontière avec la Syrie, multiplié les arrestations et expulsions de jihadistes étrangers présumés et rejoint la coalition internationale anti-EI.