Libye: Le gouvernement d’union nationale (GNA) accuse les forces de Haftar d’avoir bombardé un centre de réfugiés dans le sud de Tripoli

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais)

Le gouvernement d’union natiolale (GNA) dirigé par le Premier ministre Fayez Sarraj a accusé les forces du maréchal Khalifa Haftar d’avoir mené une frappe aérienne contre l’école Al-Quds dans le sud de la capitale, Tripoli, où se trouvait un centre d’accueil des réfugiés.
« Nous condamnons avec la plus grande fermeté le bombardement d’une école dans la région d’Ain Zara et considérons qu’il s’agit d’un nouveau crime de guerre dirigé contre des civils », a déclaré le conseil présidentiel dans un communiqué.
Personne n’a été blessé au cours de la frappe, selon les médias, mais l’administration du centre a dû déplacer les réfugiés dans un lieu plus sûr.
Depuis le 4 avril, l’armée nationale libyenne, dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, a lancé une offensive contre Tripoli, où se trouve le gouvernement d’union nationale. Des frappes aériennes contre des positions de forces fidèles ont commencé dans la région de Tripoli il y a une semaine. Un avion de l’armée nationale libyenne ANL, pro-Haftar) a attaqué le seul aéroport de la capitale libyenne, l’aéroport de Tripoli Mitiga, provoquant l’annulation de tous les vols. Cependant, l’aéroport a repris partiellement son activité plus tard.
Vidéo: Un hélicoptère de Haftar attaque des positions pro-GNA

Opération militaire « Volcan de la rage » (GNA)
Mustafa al Mujahie, porte-parole de l’opération militaire « Volcan de Rage »,  a déclaré que les forces gouvernementales du Premier ministre Fayez al Sarraj progressaient sur différents axes et avaient réussi à couper complètement les liaisons entre Tripoli et Gharyan, une ville contrôlée par Haftar au sud de la capitale. « Nos forces avancent et bientôt la bataille contre les forces de Haftar se déroulera dans les zones ouvertes », a déclaré Al Mujahie. A Syrte, à 450 kilomètres à l’est de Tripoli, une force de la ville de Misrata (pro-GNA) a  » réussi à attaquer un convoi de ravitaillement des forces de Haftar », a dit al Mujahie. « Ce convoi transportait de la nourriture et du ravitaillement en carburant pour le 188e bataillon des forces de Haftar : nous avons aussi fait plusieurs prisonniers, » a ajouté Al Mujahie.
121 morts et près de 600 blessés dans les combats près de Tripoli (OMS)
Au moins 121 personnes ont été tuées et 561 autres blessés depuis le début le 4 avril de l’offensive du maréchal Khalifa Haftar contre la capitale libyenne, a indiqué dans la nuit de samedi à dimanche l’Organisation mondiale de santé (OMS).
Le parlement libyen – gouvernement de l’est libyen allié au maréchal Haftar – refuse de travailler avec le GNA
Après le renversement et le meurtre de Mouammar Kadhafi en 2011, une crise politique a éclaté en Libye. Aujourd’hui, le pays est divisé entre deux pouvoirs adverses. Le parlement élu par le peuple siège à l’est et le GNA est basé dans la capitale Tripoli. Le gouvernement d’union nationale (GNA) dirigé par Fayez Sarraj dirige le pays avec le soutien de l’ONU et de l’Union européenne. Les autorités de la partie orientale du pays agissent indépendamment de Tripoli et coopèrent avec l’ANL, qui a mené une guerre de longue durée contre des militants islamistes. L’ONU propose de tenir des élections générales en Libye au printemps 2019, dans le but de former une autorité légitime et universellement reconnue.