Royaume-Uni : Un terroriste abattu par la police de Londres après qu’il ait poignardé plusieurs personnes.

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) deDeutsch (Allemand) nlNederlands (Néerlandais) svSvenska (Suédois)

La police de La police de Londres a indiqué avoir été appelée pour une agression au couteau dans un local près du London Bridge juste avant 14h00 GMT.

Jack Merritt, une des victimes décédées

Le terroriste, qui a tué deux personnes, un homme, Jack Merritt, et une femme, et blessé quinze autres, a finalement été abattu. Outre deux blessés qui ont succombé à leurs blessures, un blessé est dans un état critique et un second dans un état très grave.
Des vidéos mises en ligne sur les médias sociaux montrent des gens luttant contre un homme à terre. Ils sont écartés par la police qui vient de découvrir que l’homme à terre portait ce qui ressemblait à une ceinture explosive. L’un des hommes qui semble avoir participé à la mêlée s’écarte portant à la main le couteau du terroriste. Lorsque tout le monde s’est écarté un policier abat le terroriste de deux balles.
Une autre vidéo a également été mise en ligne, montrant des policiers pointant leurs armes sur un camion blanc qui faisait des zigs zags sur le pont.
Une vidéo distincte a également émergé, montrant des policiers pointant leurs armes sur un camion blanc qui faisait des zigs zags sur le pont.
La vidéo montre plusieurs agents encerclant le véhicule avant de se diriger vers l’arrière pour vérifier son contenu.
Les responsables de Whitehall ont déclaré au correspondant de sécurité de la BBC, Frank Gardner, que l’action de la police n’était pas axée sur un renseignement mais qu’elle était spontanée et réactive.
Information de la police
M. Neil Basu, chef de la police antiterroriste du Royaume-Uni., a déclaré que le suspect avait été abattu par des agents armés et qu’il était mort sur place.
Il a confirmé que la police le traitait comme un incident terroriste.
L’homme avait un dispositif explosif factice attaché au corps, a déclaré M. Basu,
« Un certain nombre d’autres personnes ont été blessées. Dès que nous pourrons fournir des mises à jour sur leur état, nous le ferons « , a déclaré M. Basu.
Il n’y a plus de danger pour le public, a-t-il ajouté.
Un large cordon policier demeure dans la zone alors que la police effectue des fouilles  » pour s’assurer qu’il n’y a plus de menace « .
L’agression s’est produite du côté nord du London Bridge, près du Fishmongers’ Hall et en face d’Adelaide House.
La gare du pont de Londres a été fermée pendant l’incident, mais elle a rouvert ses portes depuis.

Usman Khan

Informations sur le terroriste
Les autorités britanniques ont publié le nom du terroriste qui a attaqué des passants sur le London Bridge. Il s’agit d’Usman Khan, 28 ans, condamné en 2012 pour participation à des activités terroristes.
Usman Khan, un Britannique d’origine pakistanaise « inspiré » par l’exemple de l’organisation terroriste Al-Qaïda, avait été arrêté en 2012 pour avoir planifier une série d’attaques terroristes à Londres. Parmi ses objectifs figuraient des synagogues et l’église de scientologie, l’ambassade américaine et la maison de Boris Johnson; Le terroriste avait également l’intention de tuer l’abbé de la cathédrale Saint-Paul et deux rabbins, selon le Daily Mail .
Usman Khan, ainsi que d’autres membres du groupe terroriste auquel il appartenait, ont été arrêtés quatre jours avant l’attaque prévue au London Stock Exchange. Les terroristes ont été arrêtés après que les services de sécurité aient réussi à écouter leurs conversations dans lesquelles ils se félicitaient de l’attentat terroriste perpétré à Mumbai en 2008 et espéraient le répéter dans les rues de Londres.
Khan lui-même avait envisagé de créer un camp d’entraînement pour les militants sous l’apparence d’une madrasah, une école religieuse pour les musulmans, et avait déclaré que pour lui, comme pour tous les partisans du djihad, il n’y a que trois voies: la victoire, le martyre ou la prison.
Khan avait été initialement condamné à huit ans de prison, mais sa peine avait été modifiée et portée à seize ans de prison. En décembre 2018, il a été libéré sur parole, alors qu’il avait purgé moins de la moitié de sa peine. L’une des raisons de cette libération anticipée était le fait que le terroriste avait été détenu pendant plus d’un an avant la prononciation de sa condamnation.
Avant d’attaquer les passants, Usman Khan avait participé à une réunion d’anciens prisonniers islamistes, « Learning Together », dans la halle des poissonneries au niveau du London Bridge.
Quelques heures après l’attaque terroriste sur le London Bridge, la police a perquisitionné l’une des maisons de Staffordshire, qui, selon l’enquête, aurait des liens avec Khan, soit avec lui-même, soit avec des personnes proches qui l’habitaient.
Selon des experts, en particulier le colonel Richard Kemp, l’attaque menée par Khan pourrait être une vengeance pour la mort, en octobre 2019, du dirigeant de « l’État islamique » Abu Bakr al-Baghdadi.
Information sur Jack Merritt, l’une des deux personnes décédées
Jack Merritt, de Cottenham dans le Cambridgeshire, en Angleterre, était employé de l’Université de Cambridge et coordonnateur du programme « Learn Together » de l’Institut de criminologie, visant à la réinsertion des détenus.
C’est dans le cadre de ce programme qu’une réunion avait eu lieu dans l’édifice historique Fishmongers ‘Hall, près du London Bridge. Des dizaines d’étudiants et d’anciens prisonniers étaient présents, notamment l’ancien prisonnier et terroriste Usman Khan, qui a ultérieurement poignardé deux personnes à mort. Selon le journal The Telegraph, Khan avait participé à divers ateliers au cours de la conférence.

Saskia Jones à droite

Saskia Jones, l’autre personne décédée
La deuxième victime est Saskia Jones, âgée de 23 ans. Saskia Jones de Stratford-upon-Avon a étudié à Cambridge, a annoncé la police. Tout comme Jack Merritt, l’autre personne décédée, Saskia était active dans l’université de Cambridge. Elle aussi avait participé à la conférence sur la réinsertion des détenus en tant que bénévole.
Un troisième membre de l’université de Cambridge blessé lors de l’attaque au couteau
Un troisième membre du personnel de l’université de Cambridge figure également parmi les personnes blessées dans l’attaque au couteau menée par le Britannique Usman Khan alors qu’il participait à une conférence sur la réhabilitation des prisonniers organisée par l’université de Cambridge dans un bâtiment situé à deux pas du London Bridge.
Cet événement était organisé pour célébrer le cinquième anniversaire de « Learning Together« , un programme favorisant le dialogue et le partage d’expérience entre étudiants et prisonniers, pour lequel travaillait Jack Merritt, diplômé en droit et criminologie et Saskia Jones.

Londres ce soir (Live)