Iran/États-Unis : Tirs de missiles iraniens contre des bases américaines en Irak

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

Aïn al-Assad

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 janvier, une frappe de missiles a pris pour cible la base militaire d’Ain al-Assad, dans l’ouest de l’Irak, où sont stationnées 5200 militaires américains. Le site Web du magazine Newsweek, citant les militaires américains et irakiens, a écrit que les attaques ont été menées avec des missiles de croisière et des missiles balistiques à courte portée.Le Corps des gardiens de la révolution islamique iranienne a revendiqué l’attaque
Le site iranien Press TV a publié une déclaration du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran (CGRI) selon laquelle l’attaque au missile de la « base américaine » est une vengeance pour le meurtre du général Qassem Suleimani.
Le commandement du  » Corps des gardiens de la révolution islamique  » iranien a publié une nouvelle déclaration après les tirs de missiles sur les bases militaires en Irak, où l’armée américaine est stationnée.
La déclaration affirme que le CGRI peut attaquer des cibles dans n’importe quel pays où l’armée américaine est déployée. Le CGRI encourage ces pays à demander le retrait du personnel militaire américain de leur territoire.
En même temps, le commandement du CGRI affirme qu’Israël est impliqué dans la mort du général Qassem Suleimani, qui dirigeait les forces al-Quds.
Le commandement du CGRI souligne : si l’armée américaine frappe des cibles en Iran, des cibles seront attaquées sur le territoire des États-Unis, tandis que le Hezbollah attaquera Israël.
La chaîne de télévision libanaise « Al Mayadin » a cité les paroles d’une source anonyme de haut rang au sein de la direction iranienne, qui a déclaré que l’attaque des installations militaires américaines en Irak était la plus douce de l’arsenal des réactions possibles pour éliminer Qassem Suleimani.
Selon les médias iraniens, les attaques sur les bases irakiennes ont été menées avant que le corps du général Suleimani ne soit remis au sol à Kerman, où une cérémonie d’adieu avait eu lieu précédemment, tuant plus de 50 personnes à la suite de la répression. L’heure de la première frappe sur les bases en Irak (environ 1:20) a coïncidé avec celle de la mort de Suleimani, le 3 janvier à Bagdad, suite à la frappe aérienne américaine.
L’agence iranienne Tasnim rapporte qu’il y a eu  » deux vagues  » de tirs de missiles sur des bases militaires en Irak.
Les médias iraniens rapportent qu’entre 30 et 60 missiles ont été tirés sur des cibles à la base d’Ain al-Assad. CNN rapporte qu’au moins 13 missiles ont explosé à la base d’Ain al-Assad. Selon Fox News, 15 missiles ont été tirés sur des bases militaires en Irak, dont 11 ont atteint la cible.
L’armée irakienne estime que 22 missiles ont été tirés depuis l’Iran dans la nuit du 8 janvier, de 1h45 à 2h15 heure locale : 17 d’entre eux sont tombés sur la base militaire  » Ain al-Assad « . (deux n’ont pas explosé), cinq autres missiles se sont abattus près d’Erbil. Les Irakiens disent que tous les missiles sont tombés dans des zones où les forces de la coalition occidentale sont déployées.
L’Agence des Fars iranienne rapporte qu’après l’attaque au missile, les avions de guerre de l’armée de l’air iranienne ont été soulevés en l’air.
Le secrétaire d’État adjoint à la défense pour les affaires publiques, M. Jonathan Hoffman, a confirmé que l’armée iranienne avait tiré des missiles balistiques sur des bases militaires en Irak. Il a déclaré que  » plus d’une douzaine  » de roquettes ont été tirées sur deux bases à Al-Assad et Erbil, où sont stationnés des militaires américains.
L’analyste militaire iranien Babak Tagwai a tweeté que l’attaque au missile sur Ain al-Assad a tué environ 80 militaires et détruit plusieurs hélicoptères et drones, selon des sources non officielles. Plus tard, cette information douteuse a été largement diffusée dans les médias iraniens et russes.
Le bureau de presse de l’armée irakienne a publié une déclaration officielle affirmant qu’il n’y avait  » aucune victime militaire irakienne  » à la suite des attaques de missiles de nuit sur les bases de l’armée américaine à al-Assad et Erbil, où sont déployées les troupes américaines.
Onze soldats américains blessés
Onze soldats américains ont été blessés dans l’attaque par l’Iran de la base aérienne d’Aïn al-Assad en Irak la semaine dernière, contrairement à ce qu’avait annoncé le président Donald Trump, a fait savoir jeudi 16 janvier le commandement central de l’armée américaine.
« Bien qu’aucun membre des forces armées américaines n’ait été tué lors de l’attaque iranienne du 8 janvier sur la base aérienne d’Aïn al-Assad, plusieurs d’entre eux ont été traités pour des symptômes de commotion dus à l’explosion et sont toujours en cours d’évaluation », a indiqué le commandant Bill Urban dans un communiqué.
« Dans les jours qui ont suivi l’attaque, par mesure de précaution, certains membres du personnel ont été transportés de la base aérienne d’Aïn al-Assad, en Irak, au Centre médical régional de Landstuhl, en Allemagne, d’autres ont été envoyés au camp d’Arifjan, au Koweït, pour y subir un examen de suivi », a indiqué jeudi le porte-parole du commandement central de l’armée américaine. Huit personnes ont été transportées à Landstuhl, et trois au camp Arifjan, précise le porte-parole.
CGRI : Des missiles Zulficar et Kiyam ont été utilisés pour attaquer les installations américaines en Irak.
Le commandement du  » Corps des gardiens de la révolution islamique  » d’Iran a annoncé que des missiles balistiques à longue portée Zulficar et Kiyam ont été utilisés pour bombarder les bases militaires en Irak, où l’armée américaine est déployée.
La portée maximale de ces missiles est de 700-800 km.
L’été dernier, les médias israéliens avaient écrit que des missiles Zulficar (« Zolfakar ») modernisés avaient été livrés à la Syrie par les Iraniens et pourraient avoir été remis au Hezbollah. Il a également été signalé que des missiles Qiyam ont été livrés aux Houthis yéménites.
L’Irak dit avoir été informé par l’Iran d’une attaque imminente contre les Américains sur son sol
L’Irak a dit mercredi avoir été informé par l’Iran qu’il allait mener des raids sur son sol, affirmant que, simultanément, les Américains appelaient pour signaler qu’ils étaient attaqués alors que Téhéran tirait 22 missiles sur des bases irakiennes utilisées par l’armée américaine.
« Mercredi après minuit, nous avons reçu un message verbal officiel de la République islamique d’Iran indiquant que la riposte à l’assassinat du martyr Kassem Soleimani commençait ou allait commencer sous peu et que les frappes se limiteraient aux zones où l’armée américaine est présente en Irak sans plus de détails sur les localisations », indique le bureau du Premier ministre démissionnaire Adel Abdel Mahdi.
Cette information a également été confirmée par le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.
Abdul Mahdi, un porte-parole du gouvernement irakien a confirmé que le chef du gouvernement irakien n’avait pas été informé des cibles qui seraient attaqués, se limitant à une notification indiquant que des troupes américaines se trouvaient sur elles.
« Au même moment, les Américains nous appelaient alors que les missiles s’abattaient sur les sections américaines des bases d’Aïn al-Assad dans la province d’Anbar (ouest) et de Harir à Erbil (nord) », poursuit Abdul Mahdi.
Condamnation irakienne
Une déclaration publiée au nom du Premier ministre souligne que l’Iraq rejette toute tentative de saper sa souveraineté. Abdul Mahdi a mis également en garde contre les dangers d’un conflit militaire global entre les États-Unis et l’Iran.
Une première étape
Un porte-parole du commandement du Corps des gardiens de la révolution islamique a déclaré à la télévision iranienne que les tirs de missiles contre des bases militaires en Irak n’étaient que la  » première étape  » de la réponse à l’assassinat du général Qassem Suleimani. Le représentant de l’IRGC a déclaré dans une déclaration que l’armée iranienne attaquerait les Américains  » sans pitié « .
Le président américain Donald Trump a été informé de l’attaque. Une frappe de représailles de l’armée américaine contre des cibles en Iran est attendue. Plus tôt, M. Trump a dit qu’en cas d’attaque iranienne contre les Américains, 52 cibles seront attaquées en Iran.
Réunion à la Maison Blanche
Selon CNN, une réunion du gouvernement américain a été tenue a-à la Maison Blanche, qui a duré d’une heure à une heure et demie. Un appel de Trump à la nation était attendu après cette réunion, mais il a été annulé, a déclaré CNN.
Le président américain Donald Trump a publié sur sa page Twitter un premier commentaire à propos des frappes de missiles iraniens contre les bases militaires en Irak :  » C’est bon ! Des roquettes ont été tirées depuis l’Iran sur deux bases militaires situées en Irak. L’évaluation des dommages et des pertes est actuellement en cours. Tout va bien ! Aujourd’hui, nous avons l’armée la plus puissante et la mieux équipée au monde ! Je ferai une déclaration demain matin ».
Khamenei : « Ce n’est pas un coup, c’est une gifle. »
L’Ayatollah Ali Khamenei, le Guide suprême de la Révolution islamique, a qualifié l’attaque des bases militaires américaines en Irak de réussite. « Mais ce n’est pas un coup, c’est plutôt une gifle. Ce n’est pas assez « , a-t-il dit dans un discours télévisé au peuple iranien.
 » La présence américaine au Moyen-Orient doit prendre fin « , a-t-il dit, ajoutant que l’Iran n’a aucune intention de négocier un accord nucléaire avec les États-Unis.
L’Ayatollah a déclaré que l’Iran sera toujours l’ennemi des Etats-Unis et du « régime sioniste ». Il a dit que les Etats-Unis veulent transformer les Irakiens en idolâtres comme les Iraniens avant la révolution islamique, et a souligné que les Américains ne pourront pas briser la résistance libanaise, c’est-à-dire parvenir au désarmement du Hezbollah.
Le président iranien Hassan Rohani, s’exprimant lors de la session gouvernementale, a déclaré que si les Etats-Unis ont coupé la main du général Qassem Suleimani, l’Iran allait couper les jambes des Américains, qui maintiennent leur présence dans la région du Moyen-Orient.
Il a également eu une conversation téléphonique avec le Président français.  » Les Etats-Unis savent que leurs intérêts dans la région sont en danger et ne pourront pas éviter les conséquences de leur crime odieux « , a-t-il dit à son homologue français.
Les autorités américaines ont interdit aux compagnies aériennes américaines de survoler l’Iran et l’Irak…
En raison des hostilités qui ont débuté dans la nuit du 7 au 8 janvier, les autorités américaines ont interdit aux compagnies aériennes américaines de survoler l’Iran, l’Irak, le golfe Persique et le golfe d’Oman.


Des photos satellites révèlent des dégâts sur la base aérienne d’Ain al-Assad, en Irak, après l’attaque de missiles iraniens
Les photos satellites prises mercredi montrent que la frappe de missiles iraniens a causé des dommages importants à la base aérienne d’Ain al-Assad en Irak, qui abrite des troupes américaines et de la coalition.
Les photos montrent des hangars et des bâtiments durement touchés par les missiles iraniens.
Au moins cinq structures ont été endommagées lors de l’attaque qui était apparemment assez précise pour toucher des bâtiments précis.