Irak .. Des dizaines de blessés à Kut, Nasiriyah et Najaf – Un mort à Karbala

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) arالعربية (Arabe)

Les manifestations populaires se sont poursuivies en Iraq et ont concerné la ville de Nasariyah dans le gouvernorat de Dhi Qar et l’université Wasit dans la ville de Kut , où 59 personnes ont été blessées lors d’affrontements près du bâtiment universitaire, ainsi qu’à Najaf, où des milliers d’étudiants de diverses universités ont suspendu leurs études.
Les médias irakiens ont rapporté plus tôt, citant une source de sécurité, que les affrontements près du bâtiment de l’université Wasit à Kut avaient fait 59 blessés, dont 48 membres de la police.
L’université a été fermée après des affrontements entre les manifestants et les forces de sécurité.
Les manifestations se sont poursuiviesà Nasariyah, les manifestants ayant coupé les principales routes et les ponts.
En outre, le chef de la police de Dhi Qar, Resan Ibrahimi, a été limogé en raison du chaos sécuritaire qui régnait dans la province depuis plusieurs semaines.
À Najaf, les manifestations se sont poursuivies et des milliers d’étudiants se sont rassemblés dans des universités privées et gouvernementales, confirmant la suspension des études.
A Karbala, des affrontements ont eu lieu, samedi soir, entre un grand nombre de manifestants et les forces de sécurité dans le centre de la ville.
Les informations ont également confirmé qu’une personne avait été tuée et plusieurs autres blessées, après que les forces gouvernementales eurent utilisé des gaz lacrymogènes et des balles réelles.
Les manifestants ont coupé les routes principales et les ponts.
Un clip vidéo, montre les affrontements entre les forces de sécurité et les manifestants dans le centre-ville.
Appels à reprendre le mouvement
Il est à noter que, depuis plusieurs jours, les appels des militants sur les réseaux sociaux à reprendre le mouvement se multiplient.
Depuis plus de trois mois, de nombreux Irakiens dénoncent la classe politique au pouvoir, qu’ils accusent de corruption.
Le pays est également dans un état de paralysie politique depuis la démission du gouvernement. Adel Abdul Mahdi, et les blocs politiques ne parviennent toujours pas à s’entendre pour trouver un candidat au poste de Premier ministre malgré l’expiration des délais constitutionnels.
La violence dans les manifestations à travers le pays a fait près de 460 morts, dont la majorité sont des manifestants, et plus de 25 000 blessés. Des militants ont également fait l’objet de campagnes d’intimidation, d’enlèvements et d’assassinats dans plusieurs gouvernorats.