Iran: Troisième journée de manifestations anti-régime – Des forces de sécurité blessés

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) nlNederlands (Néerlandais)


Des clips vidéo publiés depuis l’intérieur de l’Iran sur les réseaux sociaux montrent des manifestants réunis lundi dans la capitale, Téhéran, pour la troisième journée consécutive, témoignant de la colère générale à propos de l’aveu de l’armée d’avoir abattu l’avion ukrainien la semaine dernière.
« Ils ont tué notre élite et les ont remplacés par des religieux », ont scandé des dizaines de manifestants dans une université de Téhéran, pour protester contre la destruction de l’avion, le meurtre des 176 passagers, dont certains étaient des étudiants iraniens.
Les images montrent également des dizaines de policiers anti-émeutes dans un autre quartier de Téhéran.
Des manifestations ont également eu lieu à Kerman, lieu de naissance de Qassem Soleimani, commandant de la force al-Quds du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI), qui a récemment été tué lors d’un raid américain en Irak. Les manifestants exigent le départ du chef suprême Ali Khamenei. A Kerman, ils ont scandé: «Mort à la juridiction du juriste (Walih al-Faqih, NdR) pour tout ce crime».
Le site Internet « Iran International » a confirmé que plusieurs personnes avaient été blessées après que les forces de sécurité aient tiré sur les manifestants.
De son côté, le chef de la police de Téhéran a déclaré lundi avoir reçu des directives de « retenue » face aux manifestations de colère contre les autorités qui se déroulent depuis samedi soir.
« La police a traité les personnes qui se sont rassemblées avec patience et tolérance. La police n’a pas tiré sur les rassemblements parce qu’un ordre de retenue a été donné à la police dans la capitale », a déclaré le général Hussein Rahimi.
Téhéran a reconnu avoir abattu accidentellement un avion de passagers ukrainien, tuant 176 personnes, pour la plupart des Iraniens, quelques heures après avoir lancé des missiles sur des bases américaines en réponse à la mort de Soleimani.
La colère du public en Iran dure depuis plusieurs jours, tandis que les autorités ont nié à plusieurs reprises toute responsabilité dans la chute de l’avion mercredi. La colère s’est transformée en protestations samedi, après que l’armée a reconnu qu’elle était responsable de sa chute. Les manifestants ont réapparu dimanche.
Des clips vidéo postés sur les réseaux sociaux dimanche soir ont montré des coups de feu à proximité des manifestations sur la place Azadi à Téhéran, des mares de sang sur le sol et des photos de blessés qui en transportaient d’autres.
D’autres clips ont montré des policiers en tenue anti-émeute battant des manifestants avec des bâtons dans la rue pendant que les gens criaient « Ne les battez pas ».
Des images publiées sur les réseaux sociaux ont montré que les manifestants scandaient « Mort au dictateur », dirigeant leur colère contre Khamenei.
Un autre groupe a scandé devant une université à Téhéran: « Ils mentent et disent que notre ennemi est l’Amérique, notre ennemi est ici. »