Libye: du « progrès » à Moscou, mais Haftar demande du temps pour réfléchir, selon Lavrov

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) nlNederlands (Néerlandais)

Un « certain progrès » a été obtenu lundi à l’issue de négociations à Moscou destinées à signer un accord formel de cessez-le-feu en Libye entre les deux chefs belligérants, a annoncé le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.
Les négociations impliquant les délégations entre les deux camps, qui ont duré environ sept heures, ont été chapeautées par les ministres turcs des Affaires étrangères et de la Défense, Mevlut Cavusoglu et Hulusi Akar, et leurs homologues russes, Sergueï Lavrov et Sergueï Choïgou.
Aucune rencontre physique entre le chef du gouvernement libyen reconnu par l’ONU (GNA), Fayez al-Sarraj, et l’homme fort de l’Est, le maréchal Khalifa Haftar, arrivés tous les deux à Moscou, n’a cependant eu lieu, selon le président du Conseil d’Etat libyen (l’équivalent d’un Sénat) basé à Tripoli, Khaled al-Mechri.
Les négociations entre les ministres des Affaires étrangères, de la Défense de la Russie et de la Turquie et les représentants des parties opposées de la Libye ont duré plus de six heures à Moscou. Les principales questions étaient les paramètres et la possibilité de signer un accord d’armistice entre le Gouvernement de réconciliation nationale de la Libye Fayez Sarraj et le chef de l’armée nationale libyenne, le maréchal Khalifa Haftar. Les deux hommes politiques étaient arrivés plus tôt à Moscou.
Les consultations multilatérales sur le règlement de la question libyenne ont commencé lundi matin au siège du ministère des Affaires étrangères par une réunion des ministres des Affaires étrangères et de la Défense russe et turc en format 2+2. Par la suite, les négociations se sont poursuivies sous la forme de réunions séparées des délégations les unes avec les autres.
« Un certain progrès a été obtenu », s’est félicité M. Lavrov, lors d’une conférence de presse avec son homologue turc, à l’issue de négociations.
Fayez al-Sarraj a mis sa signature sur l’accord, alors que le maréchal Khalifa Haftar a demandé « un peu de temps supplémentaire jusqu’au matin » pour réfléchir, a-t-il précisé.
M. Haftar considère ce document « de manière positive », a toutefois affirmé M. Lavrov.
Le projet d’accord
« Les participants aux pourparlers de paix inter-libyens à Moscou ont convenu … de définir une ligne de contact, assurant un cessez-le-feu durable, soutenu par l’adoption des mesures nécessaires pour stabiliser la situation sur le terrain et normaliser la vie à Tripoli et dans d’autres villes, la cessation de toutes les actions agressives et la transition vers une désescalade convenue des tensions militaires », – dit le document, qui est à la disposition de RIA Novosti.