Liban : Les manifestations ont repris – la livre a perdu 60% de sa valeur

Cet article a été aussi publié en : English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Nederlands (Néerlandais)


Les manifestations ont repris dans la ville de Tripoli, dans le nord du Liban, dans ce que les manifestants ont appelé « semaine de la rage ». Ils bloquent les routes et brûlent des pneus et des poubelles, accusant les élites dirigeantes de ne pas avoir réussi à mettre fin à une crise politique et économique qui se prolonge.
A Beyrouth, des manifestants ont bloqué le bâtiment de la Banque centrale. Les rues ont également été bloquées au même endroit tandis que des affrontements avec la police avaient lieu à plusieurs endroits. Les manifestants exigent la mise en place immédiate d’un gouvernement qui permettra de sortir l’économie de la crise : la livre libanaise a perdu 60% de sa valeur ces dernières semaines.
Il y a environ un mois, le Président Michel Aoun a nommé Hassan Diyab au poste de Premier ministre. Diyab était soutenu par le Hezbollah. Cependant, au cours des dernières semaines, il n’a fait aucun progrès dans la formation d’un gouvernement, dont la composition au Liban doit être un compromis entre les principales forces politiques.
Une autre manifestation de la crise a été l’exclusion du Liban de son droit de vote à l’ONU – en raison d’une dette de 459.008 $. Ce n’est qu’après le règlement de la question, qui a pris plusieurs jours, que le Liban a de nouveau la possibilité de voter.
TV direct:</p>