L’Iran a le pouvoir de gifler les États-Unis : Khamenei fait son premier sermon du vendredi depuis huit ans

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) ja日本語 (Japonais) nlNederlands (Néerlandais) svSvenska (Suédois)

Le dirigeant suprême de l’Iran a déclaré que le président américain Donald Trump est un  » clown  » qui prétend seulement soutenir le peuple iranien et qui va  » lui enfoncer un poignard empoisonné  » dans le dos.
Dans son premier sermon du vendredi à Téhéran en huit ans, visant à répondre à la colère nationale suite à l’abattage accidentel d’un avion de ligne, l’ayatollah Ali Khamenei a déclaré que l’Iran avait  » giflé les Etats-Unis  » dans une série de tirs de missiles sur les bases irakiennes où sont stationnés des soldats américains.
 » Le fait que l’Iran ait le pouvoir de donner une telle gifle à une puissance mondiale montre la main de Dieu « , a déclaré M. Khamenei, 80 ans. Il a déclaré que le jour où l’Iran a riposté était un « jour de Dieu ». Ses commentaires ont été accueillis par des cris de « Mort à l’Amérique ! »
Dans son sermon de vendredi, M. Khamenei a déclaré que l’accident d’avion ukrainien – dans lequel 176 personnes ont été tuées – était un « tragique et très triste incident », mais il a ajouté que les ennemis de l’Iran utilisaient l’accident pour affaiblir l’emprise du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et pour éclipser l’assassinat par les Etats-Unis du général iranien Qassem Suleimani dans une attaque de drone à Bagdad.
« La chute de l’avion a été un accident amer, il nous a brûlé le cœur « , a déclaré M. Khamenei.  » Mais certains ont essayé de… le dépeindre de manière à oublier le grand martyre et le sacrifice  » de Suleimani, le chef de la Force al-Quds, la branche des opérations étrangères des Gardiens de la Révolution islamique d’Iran.
M. Khamenei a déclaré que les Iraniens et des milliers d’Irakiens pleuraient Suliemani, et il a décrit les membres la Force al-Quds comme  » des combattants sans frontières  » ajoutant à son auditoire que la force al-Quds devrait être considérée comme une  » organisation humanitaire avec des valeurs humaines « . Pour M. Khamenei, le CGRI  » maintient la sécurité en Iran « .
Le meurtre de M. Suleimani, le 3 janvier, a déclenché une vague de chagrin et de colère parmi les Iraniens. M. Khamenei a ouvertement pleuré aux funérailles et a fait le serment de  » sévères représailles  » contre les Etats-Unis.
Mais l’aveu, le 11 janvier, de la destruction de l’avion de ligne ukrainien a rapidement tourné la colère du public contre le régime iranien, déclenchant trois jours de protestations qui ont été réprimées par des gaz lacrymogènes et des balles réelles.
Dans son sermon de vendredi, M. Khamenei a appelé à l’unité et à une forte participation aux élections de février.
A l’étranger, le gouvernement et l’armée iraniens ont été accusés de tenter une opération de dissimulation après avoir attendu trois jours pour admettre qu’ils avaient abattu l’avion de ligne qui s’est écrasé quelques minutes après avoir quitté l’aéroport international de Téhéran, abattu par deux missiles. Les 176 personnes à bord ont été tuées, dont plus de 80 Iraniens, au moins 57 Canadiens, 11 Ukrainiens et 10 Suédois.
Les ministres des Affaires étrangères des cinq pays dont des citoyens ont été tués se sont réunis à Londres jeudi 16 janvier et ont demandé la coopération pleine et continue de l’Iran et ont insisté pour que ce pays fasse le premier pas en offrant une indemnisation.
En même temps, l’Iran est confronté à la perspective de nouvelles sanctions internationales, car son économie est soumise à des restrictions de plus en plus strictes imposées par M. Trump depuis qu’il a mis fin à un accord nucléaire entre l’Iran et les puissances mondiales en mai 2018.