Tchad : six soldats tchadiens tués dans l’attaque de Boko Haram

Cet article a été aussi publié en : English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) Nederlands (Néerlandais) Svenska (Suédois) polski (Polonais) Português (Portugais - du Portugal)

La dernière en date d’une vague d’attaques djihadistes qui s’intensifie a eu lieu dans l’après-midi du 27 janvier près de l’île de Tetewa, dans le lac Tchad.
Six soldats tchadiens ont été tués et dix autres blessés au cours d’une embuscade attribuée au groupe djihadiste Boko Haram dans la région instable du lac Tchad lundi, a déclaré l’armée du pays.
« Nos hommes étaient en patrouille lorsqu’ils ont été attaqués par des éléments de Boko Haram », a déclaré le chef d’état-major de l’armée, Taher Erda.
« Nos forces étaient à la recherche d’éléments de Boko Haram lorsqu’elles ont été prises en embuscade autour de Mandrari, un endroit avec beaucoup de hautes herbes », a déclaré à l’AFP un responsable local, sous couvert d’anonymat. Depuis plusieurs mois, les attaques djihadistes se sont intensifiées autour du lac Tchad, qui est parsemé d’îles et de marécages et partagé par le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Nigeria.
Le Tchad a subi un bilan particulièrement lourd depuis le début de l’année. Le 20 janvier, une femme kamikaze a tué 9 civils dans le village de Kaiga Kindjiria, près du lac.
Boko Haram a vu le jour au Nigeria, mais ses attaques se sont étendues aux pays voisins. Le groupe s’est également scindé et une faction affiliée à l’État islamique, baptisé ISWAP, est particulièrement active autour du lac Tchad.
Au début de ce mois, 1 200 soldats tchadiens, déployés dans le cadre d’une force régionale au Nigeria, sont retournés au Tchad pour être redéployés autour du lac.
Le nombre croissant d’attaques a détérioré la situation humanitaire autour du lac, qui est considéré comme l’une des régions les plus pauvres du monde.