Afghanistan : 10 policiers tués dans une attaque des Talibans

Cet article a été aussi publié en : English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) Nederlands (Néerlandais) polski (Polonais) Português (Portugais - du Portugal)

Au moins 10 policiers ont été tués dans une attaque des talibans mardi contre un poste de contrôle dans la province de Baghlan, au nord de l’Afghanistan, a indiqué le porte-parole de la police locale, qui n’a pas précisé le nombre de blessés.
Les combats « ont duré plusieurs heures » a déclaré Ahmad Jawed Basharat, ajoutant que « les talibans ont aussi subi des pertes ». Le ministère de l’Intérieur a confirmé à la télévision le bilan de la police, dans ces combats qui ont eu lieu dans le district de Khwaja Lawan de Pul-e-Kumri, la capitale de la province de Baghlan, dans la nuit de lundi à mardi. Cette attaque intervient alors que les insurgés ont proposé il y a une dizaine de jours un cessez-le-feu dans le cadre des négociations avec les Etats-Unis, qui devait inclure les forces gouvernementales.
Selon le docteur Muhibullah Muhib, directeur de la santé publique à Baghlan, « sept corps de membres des forces de sécurité et deux policiers blessés ont été emmenés à l’hôpital suite à l’incident. »
Le porte-parole des talibans Zabiullah Mujahid a revendiqué l’attaque sur Twitter en faisant état de 17 policiers tués, dont un commandant.
Les talibans négocient depuis plus d’un an avec Washington un accord en vue d’un retrait des troupes étrangères d’Afghanistan en échange notamment de garanties sécuritaire et d’une réduction des violences. Celle-ci doit inclure les forces gouvernementales, premières cibles des insurgés. Le président afghan Ashraf Ghani a récemment demandé à ce que la police nationale se concentre sur la lutte contre le crime, plutôt que les combats, qui continuent de faire rage dans une grande partie du pays malgré les pourparlers.
D’après un rapport officiel américain publié en janvier 2019, les insurgés contestent ou contrôlent aujourd’hui près de la moitié du territoire afghan.