Syrie : au moins neuf civils tués dans des raids aériens sur le nord-ouest

Cet article a été aussi publié en : English (Anglais) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) Nederlands (Néerlandais) Português (Portugais - du Portugal)

Au moins neuf civils, dont des enfants, ont été tués dimanche en Syrie dans des frappes aériennes imputés au régime ou à son allié russe sur des secteurs du nord-ouest, région dominée par des jihadistes et des rebelles, a rapporté une ONG.
Parmi les victimes figurent « sept membres d’une même famille » tués « dans des raids aériens » sur le village de Sarman, dans la province d’Idleb, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
Un correspondant de l’AFP a pu voir des secouristes chercher les corps parmi les ruines de la maison de deux étages, qui n’est plus qu’un tas de pierres.
Les dépouilles de deux enfants, une fille de neuf ans et un adolescent de 13 ans, ont ainsi été extirpées des décombres, sous les yeux de leur père Abou Fidaa en pleurs, a rapporté le correspondant de l’AFP.
La famille a récemment fui Sarman en raison de la violence des bombardements, mais elle y était brièvement revenue pour récupérer quelques affaires, a raconté Abou Fidaa, qui a également perdu son épouse.
Aidés par une pelleteuse qui enlève les décombres, les secouristes poursuivaient les recherches pour retrouver les autres victimes, selon le correspondant de l’AFP.
L’Observatoire n’était pas en mesure de dire si les frappes sur Sarman ont été menées par l’aviation du régime ou de son allié russe.
Par ailleurs, un enfant a été tué dans des raids du régime aux abords de la localité de Binnich, dans la province d’Idleb, et une femme a péri dans les raids russes sur la localité d’Atareb, dans l’ouest de la province d’Alep, selon l’Observatoire.
L’OSDH, qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie, détermine les auteurs des raids à partir du type d’avion utilisé, du lieu de la frappe, des plans de vol et des munitions utilisées.
La région d’Idleb et des territoires adjacents dans les provinces voisines d’Alep, Hama et Lattaquié sont dominés par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, l’ex-branche syrienne d’el-Qaëda.
Ces secteurs accueillent des groupuscules jihadistes mais aussi des factions rebelles affaiblies.
Le régime n’a de cesse de marteler qu’il est déterminé à reconquérir toute cette zone. Appuyé par l’aviation russe, il a encore grignoté ces dernières semaines des pans de territoires à Idleb et ses environs.
Depuis début décembre, plus de 388.000 personnes ont ainsi été déplacées par les frappes aériennes et les combats, selon l’ONU.