Syrie : Les forces turques pilonnent les positions de l’armée syrienne après l’échec de la rencontre avec les Russes

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

La Turquie a confirmé que ses forces bombardaient intensivement les positions de l’armée syrienne en réponse à l’attaque de son poste d’observation dans la région d’Idlib. La Turquie appelle l’OTAN à la soutenir dans cette escalade.
Le bombardement des positions du régime syrien se poursuit intensément sans interruption », en réponse au meurtre de 5 soldats turcs dans une attaque dans la province d’Idlib, déclare à la presse, lundi 10 février, le porte-parole du parti au pouvoir turc, le Parti de la justice et du développement. La Syrie est responsable.
Le porte parole de l’AKP a répété que « le retrait des forces turques des postes d’observation à Idlib était hors de question », notant qu’ils « continuaient de mener à bien leurs tâches de manière décisive ».
Le responsable turc a accusé « le régime syrien de poursuivre son agression et de violer toutes les ententes pour torpiller l’accord visant à réduire l’escalade à Idlib ».
Le porte parole de l’AKP a souligné que « la réponse à l’attaque du régime syrien à Idlib était un processus en soi ». Il a toutefois ajouté: « Nous ne faisons cela pour contrôler aucun site en dehors du champ d’application des accords ».
Il a souligné que l’armée turque « fera tout ce qui est nécessaire » jusqu’au retrait des forces syriennes de la province d’Idlib, où elles sont entrées récemment.
Réunion de sécurité
Plus tôt, les médias turcs ont annoncé que le président turc Recep Tayyip Erdogan tiendrait une réunion d’urgence avec le ministre de la Défense, Hulusi Akar, après le meurtre de 5 soldats turcs dans la région d’Idlib par l’armée syrienne.
Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoglu a déclaré lundi que la réunion de samedi entre les délégations russe et turque n’avait abouti à aucun accord sur la situation dans la province syrienne d’Idlib.
Çavuşoglu a fait cette déclaration lors d’une conférence de presse avec son homologue slovène Miroslav Gerard, au ministère turc des Affaires étrangères dans la capitale, Ankara.
Çavuşoglu a appelé à la nécessité de respecter l’accord de cessez-le-feu à Idlib.
Si l’accord conclu lors de la dernière réunion avec la délégation russe sur Idlib avait été respectée, la réunion d’aujourd’hui n’aurait pas été nécessaire », a déclaré Çavuşoglu.
Il a souligné que des échanges de vues avaient eu lieu et que les propositions des deux parties avaient été présentées lors de la réunion de samedi entre les délégations turque et russe.
« Le président Recep Tayyip Erdogan a assuré à plusieurs reprises à son homologue russe, Vladimir Poutine, que la Turquie prendrait ses mesures si le régime syrien poursuivait ses attaques, et j’ai également informé mon homologue, Sergueï Lavrov », a-t-il ajouté.
Il a ajouté que l’aspect important pour la Turquie est le cessez-le-feu à Idlib et la possibilité pour les personnes déplacées de rentrer chez elles.
Erdogan
La chaîne CNN Turk a rapporté que la réunion avait eu lieu à la lumière de l’attaque de l’un des postes d’observation turcs à Idlib, lundi, par les forces gouvernementales syriennes.
Plus tôt dans la journée de lundi, le ministère turc de la Défense avait annoncé la mort de 5 de ses soldats et que 5 autres avaient été blessés par « d’intenses tirs d’artillerie due régime syrien ».
La défense turque a déclaré dans un communiqué que ses forces avaient immédiatement riposté et détruit les sources de tirs « en représailles.
Les progrès de l’armée syrienne à Idlib, le dernier bastion des militants du pays, ont entraîné une escalade des tensions avec la Turquie, qui avait précédemment annoncé la mort de 8 de ses soldats au cours de bombardements des forces gouvernementales, le 3 février, qui avaient visé l’un des 12 postes d’observation turcs dans la région. La Turquie a affirmé que sa réponse avait abouti à une « neutralisation » de 30 à 35 militaires syriens.
Le 5 février, le président turc a donné à l’armée syrienne jusqu’à la fin de ce mois, pour se retirer derrière les postes d’observation turcs à Idlib, à une distance fixée par l’accord de Sotchi entre Ankara et Moscou et menacé de lancer une opération militaire si les Syriens ne s’exécutaient pas.
Idlib
L’attaque lancée par le régime syrien contre Idlib, le dernier bastion de l’opposition, a transformé la province en enfer. Les bombardements de l’armée turque et de l’armée de l’air russe ont entraîné le déplacement d’au moins 50.000 habitants, selon les statistiques des Nations Unies.
Un écrivain turc a déclaré que ce qui se passait dans la province d’Idlib, qui avait une population estimée à trois millions de personnes, est un cauchemar pour la Turquie, qui accueille déjà 3,5 millions de réfugiés syriens, et craint que les bombardements russes et syriens ne poussent les habitants de la région vers ses frontières.
Selon Asli Aydinspas, chercheur au Conseil européen des relations étrangères, la tension à Idlib menace de déstabiliser le fragile cessez-le-feu dans le nord de la Syrie entre la Turquie et les forces kurdes, et menace d’enflammer le nationalisme et le sentiment anti-réfugiés à l’intérieur de la Turquie, un sentiment qui augmente depuis un certain temps.
Asli a expliqué qu’aucune des options disponibles pour résoudre la crise à Idlib n’est idéale mais elles valent mieux que le chaos vers lequel les choses se dirigent, et que l’aggravation de la situation humanitaire se transformera en catastrophe humanitaire si les forces du régime d’Assad sont autorisées à poursuivre leur progression, ce qui ne manquerait pas de déstabiliser la Turquie et certaines parties de l’Europe.
L’auteur a conclu en disant qu’il n’y avait pas de bonnes options pour résoudre la crise et que les parties concernées devaient à tout prix contenir la tension à Idlib, car ne pas le faire coûterait plus cher à toutes les parties.