Syrie : Les forces US s’affrontent avec des autochtones au poste de contrôle du régime syrien à Qamishli

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

Les forces américaines ont affronté mercredi des civils près de Qamishli, au nord-est de la Syrie, près de la frontière turque, les civils s’étant opposé au passage d’un convoi militaire américain.
L’affrontement s’est produit à un poste de contrôle de la milice pro-régime des Forces de Défense Nationale (FDN) à Khirbat Amo, Dirbat, à l’est de l’aéroport de Qamishli, dans la banlieue sud de la ville, a déclaré le Centre d’information kurde Rojava.
Le personnel militaire américain s’est heurté à la population locale et des coups de feu ont été tirés, selon le chercheur du Rojava Information Center, Thomas McClure, qui a déclaré qu’une attaque aérienne américaine était visible depuis le bureau du groupe.
« Le 12 février, les forces de la coalition, menant une patrouille près de Qamishli, en Syrie, ont rencontré un poste de contrôle occupé par les forces du régime pro-syrien. Après que les troupes de la coalition aient lancé une série d’avertissements et fait des tentatives de désescalade, la patrouille a essuyé des tirs d’armes légères provenant d’individus inconnus. En état de légitime défense, les troupes de la coalition ont riposté. La situation a été désamorcée et fait l’objet d’une enquête. La patrouille de la Coalition est retournée à la base », a déclaré le Colonel Myles B. Caggins III, porte-parole militaire de la Coalition.
Caggins a nié qu’il y ait eu une attaque aérienne.
Il n’était pas clair si l’affrontement était entre le personnel militaire américain et les membres de la milice, des manifestants civils, ou un mélange des deux. Selon d’autres rapports, les forces russes sont arrivées plus tard sur les lieux pour servir de médiateur.
Des vidéos diffusées sur les médias sociaux semblaient montrer au moins quatre véhicules blindés américains arrêtés sur une route avec du personnel militaire à pied. Une deuxième vidéo montrait des véhicules blindés avec des drapeaux russes et syriens.
Une personne blessée en uniforme de l’armée arabe syrienne a été emmenée dans un hôpital voisin, a déclaré McClure, tandis que les médias d’État syriens SANA ont rapporté qu’un civil avait été tué et un autre blessé lors de l’affrontement. La personne décédée serait un adolescent âgé de 14 ans.
Les habitants ont attaqué le convoi après que les soldats américains aient ouvert le feu sur des civils, selon le rapport SANA, qui n’a pas été vérifié.
Plus tard, une vidéo de l’Agence de presse du Nord, liée au Forces Démocratiques Syriennes a montré un véhicule américain endommagé en train d’être remorqué à travers un village.
L’incident menace d’accroître les tensions entre les forces américaines et russes qui soutiennent l’armée du président syrien Bachar al-Assad dans des zones déjà encombrées de forces multiples au nord-est de la Syrie.
Les forces russes patrouillent dans les environs depuis octobre, lorsque la Turquie et ses mandataires rebelles syriens ont lancé une incursion dans certaines parties du territoire tenues par les forces kurdes pour les éloigner de la région frontalière.
La Russie occupe l’aéroport de Qamishli depuis la mi-novembre.
Un petit nombre de troupes américaines restent dans le pays après que le président Donald Trump ait déclaré qu’il retirerait la majorité des forces de Syrie. Trump a ensuite fait marche arrière et a déclaré qu’il en laisserait un petit nombre pour protéger les champs de pétrole et empêcher qu’ils ne tombent entre les mains du régime ou de l’Iran, mais les troupes américaines restent toujours dans les zones tenues par les Forces démocratiques syriennes dans le nord-est.
Le contrôle de la sécurité de Qamishli, la capitale de facto de la région autonome autoproclamée du nord et de l’est de la Syrie, est partagé entre les FDS et le gouvernement syrien.