Hezbollah : Hassan Nasrallah est le véritable successeur de Suleimani.

Cet article a été aussi publié en : ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) svSvenska (Suédois) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

Le journal panarabe al-Ra’i al-Yum a commenté un rapport de Reuters selon lequel, peu après l’élimination de Qassem Suleimani, commandant de l’unité de al-Quds, la force chargée des opérations extérieures du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran, la direction du Hezbollah a tenu une réunion d’urgence avec le commandement des groupes chiites opérant en Irak.
Les représentants de la milice chiite libanaise ont persuadé leurs interlocuteurs de maintenir l’unité qu’Abu Mahdi al-Muhandis, le leader de la coalition de milices chiites irakiennes pro-iraniennes, Al-Hashd al-Shaabi, tué en même temps que Qassem Suleimani, avait en grande partie réalisée.
Les sources citées par l’agence n’ont pas fourni plus de détails, mais ont noté que depuis la mort de Suleimani et Muhandis, le Hezbollah tente de les remplacer en devenant une force qui unit et guide les groupes chiites opérant en Irak. Ces groupes jouent un rôle clé dans la lutte contre l’influence américaine en Irak.
Suleimani a dirigé des militants chiites dans le monde entier, et son influence est venue non seulement de sa position mais aussi de ses qualités personnelles. Le Hezbollah coordonnera les milices chiites en Irak jusqu’à ce que le nouveau commandement de l’unité al-Qods ait établi son autorité, selon la publication.
« Al-Ra’i al-Yum note que le groupe libanais sert de modèle à toutes les autres milices chiites. Selon la publication, le Hezbollah a vaincu Israël à deux reprises : en 2000, en forçant Israël à retirer ses troupes du Liban, et en 2006, lors de la seconde guerre du Liban.
« Nous ne serions pas surpris si Nasrallah prenait la place de Suleimani. Son charisme, ses qualités de leader, son expérience militaire et, surtout, le grand respect dont il jouit tant chez les combattants que chez les commandants, lui permettront d’unir les groupes chiites », note la publication.
Il convient d’ajouter que le nouveau rôle de Nasrallah peut également être indiqué par le fait que le général de brigade Mohammad Hajazi est devenu le nouveau commandant adjoint de l’unité al-Quds. Dans le passé, il a été représentant du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran au Liban et a contribué, entre autres, au rééquipement du Hezbollah.