Yémen: des dizaines de miliciens chiites Houthis, y compris des commandants, tués au cours de combats avec les forces gouvernementales

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

Les Houthis ont reconnu la mort de 6 de leurs commandants lors de combats avec les forces gouvernementales sur plusieurs fronts du pays.
Le gouvernement yéménite a annoncé jeudi que des dizaines de Houthis avaient été tués lors d’affrontements avec ses forces dans la province occidentale de Hodeidah.
Les Brigades des Géants affiliées aux forces gouvernementales ont déclaré dans un communiqué: « Les milices combinées (Brigades des Géants, lRésistance nationale et les Tuhami) ont infligé de lourdes pertes en équipement et en vies humaines au rebelles chiites houthis au cours des violents affrontements qui ont éclaté lorsque les milices chiites ont tenté d’attaquer les positions des forces gouvernementales à l’est de la ville d’Al-Duraimi, au sud de Hodeidah. »
Le communiqué cite des sources militaires anonymes affirmant que « les forces conjointes (pro-gouvernementales) ont fermement réagi à l’attaque des Houthis, et ont fait des dizaines de morts et de blessés parmi les combattants houthis et les ont forcés à battre en retraite ».
Les sources ont ajouté que « les forces conjointes ont réussi à détruire des armes et des équipements militaires de la milice houthie, y compris un canon 23mm qui tirait sur les positions des forces gouvernementales ».
Les Houthis n’ont pas fait de commentaires et refusent de révéler leurs pertes lors de ces affrontements.
Les Houthis ont cependant reconnu la mort de 6 de leurs commandants lors des combats avec les forces gouvernementales sur plusieurs fronts dans le pays au cours des deux derniers jours.
L’agence Saba, affiliée aux Houthis, a déclaré que les corps du «colonel Abd al-Latif Saleh al-Ghafari, du colonel Moeen Abdullah Mar’i, du colonel Abd al-Badi` Abd al-Rab al-Houthi et du colonel Ali Yahya al-Wajih ont été inhumés à Sanaa».
L’agence Saba a précisé que « ces personnes avaient été tuées alors qu’elles s’acquittaient de leur devoir de défendre la patrie sur différents fronts ».
L’agence a également indiqué que «le brigadier Yahya Abdul Jabbar Hassan Jahdan et le brigadier Abdullah Muhammad Hanash ont tous deux été enterrés dans la capitale, Sanaa, mardi.
Elle a ajouté qu’ils avaient été « tués alors qu’ils défendaient la souveraineté nationale face à ce qu’ils ont décrit comme des envahisseurs et des mercenaires.
L’agence n’a pas abordé les circonstances de la mort de ces commandants ni les lieux où ils ont été tués.
Depuis plus de cinq ans, le Yémen est théâtre d’une guerre qui a provoqué l’une des pires crises humanitaires au monde, avec 80% de la population ayant besoin d’aide humanitaire, et le conflit poussant des millions de personnes au bord de la famine.
Les Nations Unies estiment que le conflit yéménite a tué et blessé 70 000 personnes, tandis que des précédents rapports d’organisations des droits de l’homme estiment que le conflit a tué au moins 100 000 Yéménites.
Le conflit est compliqué par le fait qu’il a des extensions régionales. Depuis mars 2015, une coalition arabe, dirigée par le voisin saoudien, a mené des opérations militaires au Yémen, en soutien aux forces gouvernementales, face aux Houthis, soutenus par l’Iran, et qui contrôlent plusieurs provinces, dont la capitale, Sanaa.