Mali : trois soldats irlandais blessés par l’explosion d’un engin explosif improvisé (IED) à l’est de Gao

Cet article a été aussi publié en : English (Anglais) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) Nederlands (Néerlandais) Português (Portugais - du Portugal)


Trois soldats irlandais ont été légèrement blessés lorsqu’un engin explosif improvisé a explosé près de leur convoi dans l’est du Mali le mardi 25 février, selon les forces de défense irlandaises.
« Alors qu’ils effectuaient une patrouille à l’est de leur base à Gao, trois de nos soldats ont été légèrement blessés lorsqu’un engin explosif improvisé a explosé près de leur convoi, » indique le communiqué, ajoutant que les trois soldats irlandais « ont reçu des soins médicaux et sont sains et saufs.
« Les forces de défense mènent une formation intensive avant le déploiement afin de préparer notre personnel à un tel incident », a-t-il déclaré.
Les forces armées allemandes ont déclaré que l’incident s’était produit à environ 80 km au nord-est de Gao.
« Un véhicule allemand portant des marques irlandaises et un équipage irlandais ont été endommagés et trois soldats irlandais ont été légèrement blessés », a déclaré la Bundeswehr dans un communiqué, ajoutant que les blessés ont été emmenés à l’installation médicale allemande de Gao par un hélicoptère roumain.
Les soldats irlandais font partie d’un contingent de troupes de l’escadre d’élite des forces d’opérations spéciales Ranger de l’armée de terre, déployées dans le cadre de la mission de maintien de la paix MINUSMA des Nations unies au Mali, une mission d’environ 13 000 personnes dans la vaste région du Sahel en Afrique subsaharienne.
Le parlement irlandais avait approuvé en juin dernier une demande du gouvernement d’envoyer l’ARW, et l’Irish Times a rapporté qu’une équipe de 14 personnes effectuera une rotation tous les quatre mois pendant deux ans.
Les troupes sont arrivées au Mali début septembre, et sont basées dans le grand Camp Castor à Gao, dans l’est du Mali. Elles font partie de la Force opérationnelle de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR TF) dirigée par l’Allemagne dans le secteur Est de la MINUSMA, qui comprend du personnel de Belgique, de Lituanie, de Suisse, d’Estonie, de la République tchèque et de Roumanie.
Selon les chiffres des Nations Unies de janvier, 10 soldats du contingent irlandais ont été déployés.
Selon l’armée, le rôle des soldats irlandais « consiste à effectuer des patrouilles dans tout le secteur Est afin de recueillir des informations auprès de la population locale ».
« Les soldats irlandais jouent un rôle clé au sein de la TF ISR, en utilisant des capacités de niche et en s’appuyant sur l’expertise acquise lors de précédentes missions à l’étranger, comme au Timor oriental, au Liberia et au Tchad », affirme-t-elle.
L’Irlande fournit également deux officiers d’état-major au quartier général de la force MINUSMA à Bamako, la capitale du Mali, et jusqu’à 20 personnes à la mission de formation de l’Union européenne au Mali.
La mission de stabilisation MINUSMA au Mali, qui a débuté en 2013, est considérée comme l’une des plus dangereuses des Nations unies, et les attaques contre les casques bleus dans le centre et le nord du pays sont fréquentes. Plus de 200 personnes déployées dans le cadre de la MINUSMA ont trouvé la mort.
Les bombes de bord de route sont une tactique courante utilisée par les militants islamistes – le 24 janvier, trois soldats belges déployés à la MINUSMA ont été blessés lorsque leur véhicule a heurté et fait exploser un engin explosif improvisé dans le nord du Mali. Cela fait suite à un incident similaire le 1er janvier qui a blessé deux soldats belges. Les deux attaques ont été revendiquées par le JNIM, affilié à Al-Qaïda.