Afghanistan: l’Etat islamique attaque un temple Sikh à Kaboul – au moins 25 morts

Cet article a été aussi publié en : English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) 日本語 (Japonais) Nederlands (Néerlandais) 简体中文 (Chinois simplifié) polski (Polonais)

Des hommes armés, parmi lesquels des kamikazes,  ont pris d’assaut mercredi matin le temple Sikh de Dharamshala, au centre de Kaboul, dont les forces de sécurité tentent de reprendre le contrôle, a annoncé le ministère de l’Intérieur afghan. Le dernier bilan fait état d’au moins 25 morts et 8 blessés.
« Vers 7H45 (03H15 GMT), plusieurs assaillants sont entrés dans un temple hindou-sikh », a déclaré à l’AFP Tariq Arian, le porte-parole du ministère. « Les gens sont coincés à l’intérieur du bâtiment et (les forces de sécurité) tentent de les secourir », a-t-il ajouté.
Selon une représentante de la communauté hindou-sikh au parlement « il y a environ 150 personnes dans le temple » où des familles du quartier viennent régulièrement prier le matin quand d’autres y vivent.
« Certaines personnes à l’intérieur du temple se cachent et leurs téléphones sont éteints », a raconté Anarkali Kaur Honaryar à l’AFP, qui s’est dite « très préoccupée ».
L’Etat islamique revendique l’attaque
Le groupe Etat islamique a revendiqué mercredi l’attaque contre un temple hindou-sikh en cours à Kaboul, a rapporté l’organisme américain de surveillance des mouvements extrémistes SITE.
« Des combattants de l’Etat islamique mènent actuellement une attaque commando contre un temple sikh », affirme SITE, qui cite Amaq, l’organe de propagande des jihadistes. L’attaque a tué au moins un enfant et fait une quinzaine de blessés, selon un premier bilan communiqué par Wahidullah Mayar, le porte-parole du ministère de la Santé afghan.
Le kamikaze est un islamiste indien nommé Abou KhalidLa communauté sikh d’AfghanistanLes Sikhs sont une minorité religieuse en Afghanistan. Ils ont déjà été attaqués dans le passé. En 2018, 19 personnes, pour la plupart des Sikhs, avaient été tués par un attentat dans la province de Nangarhar.